logo-tmp
Accueil > Actualités > Le recours au neutral market dans la gestion d’action par un particulier

Le recours au neutral market dans la gestion d’action par un particulier

11 mai 2012 par Benjamin CLAVEL

La gestion alternative met en œuvre un ensemble de techniques et de stratégies financières très diverses qui ont pour objectif de permettre la décorrélation de la performance du fonds ou d’un portefeuille avec celle du ou des marchés de référence.

La gestion alternative tend aussi à minimiser les risques de variations ou de pertes importantes sur la valeur d’un capital.

Parmi les principales techniques sollicitées, on retrouve l’arbitrage (exploitation des écarts de prix considérés comme injustifiés) par exemple, sur des produits de taux ou des obligations convertibles, le recours à l’effet de levier, la vente à découvert ou encore le neutral market (neutralisation de la tendance du marché) qui fait partie des techniques pouvant être retenues par tous les investisseurs, y compris les particuliers.

 

Le neutral Market, c’est quoi ?

 

Cette dernière technique peut donc être utilisée dans le cadre de la gestion d’un portefeuille d’actions dans le respect de la diversification d’un patrimoine. La gestion alternative va s’inscrire régulièrement dans le cadre d’une gestion d’actifs plutôt défensive et s’adapte donc assez bien aux tendances actuelles, et incertaines, des marchés d’actions.

Une position de neutral market consistera concrètement à être acheteur sur un sous-jacent (exemple d’une action ci-dessous) et vendeur sur un autre sous-jacent (une autre action).

Objectif:

L’objectif de l’investisseur n’est plus alors de savoir si un sous-jacent (actions, matières premières,…) va monter ou va baisser mais d’identifier quel est celui des deux qui progressera davantage et qui chutera le moins.

Exemples concrets:

Pour illustrer cette technique, prenons un exemple, un client achète l’action Renault pour un capital de 20 000 euros et vend l’action Peugeot pour un même capital de 20 000 euros (une position vendeuse sans détenir de titres étant notamment rendue possible par le recours aux CFD).

Partant du principe que l’action Renault performe davantage que l’action Peugeot (c’est là toute l’importance du choix et le risque de cette technique), si les valeurs montent Renault progressera plus que Peugeot et l’investisseur empochera la différence entre le gain sur Renault et la perte sur Peugeot (position vendeuse donc le rachat de l’action s’effectue à un cours plus élevé que celui de la vente).

Indice CAC 40RenaultPeugeot
performance4,00%5,00%3,00%
position de l’investisseuraucuneacheteurvendeur
résultat5,00%-3,00%
Gain final2,00%

 

A l’inverse, si les cours des valeurs baissent, celui de l’action Renault diminuera moins. L’investisseur encaissera alors la différence entre la plus-value sur l’action Peugeot (position vendeuse avec un rachat moins cher que le prix de vente) et la moins value sur l’action Renault. Cette dernière, dans notre logique, aura baissé moins fortement que l’action Peugeot.

Indice CAC 40RenaultPeugeot
performance-3,00%-2,00%-3,00%
position de l’investisseuraucuneacheteurvendeur
résultat-2,00%3,00%
Gain final1,00%

 

Bilan:

L’avantage de cette technique est donc de se décorréler de la tendance du marché ; que celui-ci monte ou baisse, ne joue pas sur la performance de l’investisseur. Elle présente pour avantage de pouvoir être gagnante quelle que soit la tendance. Il est clair que le gain repose sur le choix de la valeur achetée et de celle qui est vendue. Compte tenu des risques d’erreurs, le recours à des ordres stop (loss) permettant de mettre fin à une position perdante est bien évidement fortement préconisée.

La technique n’est donc pas sans risque mais peut être sollicitée, de manière raisonnable, face à des marchés aux variations erratiques.